Pathologies bénignes

La place du pharmacien dans le parcours de soins se précise  Abonné

Publié le 09/02/2015
Devancés par d’autres professionnels de santé sur le parcours de soins, pharmaciens et industriels du médicament sont bien décidés à s’ouvrir de nouvelles voies, par l’automédication et les pathologies bénignes, pourvu qu’elles soient sécurisées.

EN MATIÈRE de parcours de soins, les pharmaciens sont restés, à quelques exceptions près, sur le bord du chemin. Bien que l’officine pallie l’inégalité de l’accès aux soins, comme le rappelle Catherine Génisson, vice-présidente de la Commission des Affaires sociales au Sénat, elle reste peu utilisée par le patient comme porte d’entrée dans le parcours de soin. Le pharmacien est également peu sollicité par les autres professionnels de santé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte