Encore le couchage sur le ventre, gêne à l’oxygénation, lit partagé

La mort subite du nourrisson après les campagnes de couchage sur le dos  Abonné

Publié le 16/04/2012
Une étude des facteurs de risque de mort subite inexpliquée du nourrisson (MSIN), avant et après l’incitation au couchage sur le dos, montre que le profil du risque a changé, mais que la présence de risques simultanés est demeurée. Les auteurs développent des notions que les campagnes de prévention doivent cibler.

LE PLUS GRAND pas dans la prévention de la MSIN a été fait lorsqu’on a reconnu que le coucher en décubitus ventral multiplie le risque par plus que deux. Une campagne d’information à l’intention des professionnels de santé a été mise en place aux États-Unis en 1994 comme ailleurs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte