Standard & Poor’s a encore sévi

La mauvaise note  Abonné

Publié le 12/11/2013
Pour la deuxième fois, l’agence de notation Standard and Poor’s a abaissé la note de la France, qui passe de AA+ à AA. En janvier 2012, elle avait déjà dégradé la France de AAA à AA+. Le gouvernement a réagi avec autant de vigueur vendredi dernier que le gouvernement de Nicolas Sarkozy à l’époque. De François Hollande à Pierre Moscovici en passant par Jean-Marc Ayrault, tous nos dirigeants ont affirmé qu’ils s’en tiendraient au cap économique actuel.
Jean-Michel Six, représentant de S&P’s pour l’Europe

Jean-Michel Six, représentant de S&P’s pour l’Europe
Crédit photo : AFP

LA DÉCISION de Standard & Poor’s est-elle injuste ? Elle ne l’est pas au regard des arguments invoqués par le gouvernement, qui insiste sur ses réformes, celle des retraites, celle du marché du travail (probablement la plus importante) la création de Banque publique d’investissement (BPI), le Crédit emploi compétitivité (CICE) qui a allégé le coût du travail pour beaucoup d’entreprises, le début du début d’une réduction des dépenses, une stabilisation fiscale promise pour 2015.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte