Quatre ans après la réforme Monti

La libéralisation des pharmacies à l’italienne  Abonné

Publié le 01/12/2014
Il y a trois ans, l’exécutif des technocrates de Mario Monti adoptait un plan de libéralisation pour créer de nouveaux emplois et faciliter l’ouverture de 5 000 nouvelles officines. Quatre ans ont passé depuis et les candidats attendent toujours les autorisations.

C’ÉTAIT en décembre 2011. En présentant son plan d’austérité pour éviter à l’Italie d’être dévorée à la sauce grecque, le technocrate Mario Monti dévoilait son projet de libéralisation de certaines professions, dont celle des pharmaciens. Cette réforme ciblait l’ouverture de 5 000 nouvelles officines grâce à la simplification des conditions d’installation des pharmaciens et à la réduction des règles en vigueur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte