La levure de riz rouge à consommer avec précautions

Publié le 13/03/2014

Vingt-cinq effets indésirables liés à la consommation de compléments alimentaires à base de levure de riz rouge ont été signalés depuis la création du dispositif de nutrivigilance en 2009. Il s’agit en majorité d’atteintes musculaires et hépatiques. Face à ce constat, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) insiste pour que, avant la prise de ce type de complément, les consommateurs demandent conseil auprès d’un professionnel de santé. En effet, la levure de riz rouge contient des monacolines, molécules qui présentent les caractéristiques - et les effets indésirables - des statines. D’ailleurs, la monacoline A est commercialisée dans certains pays (mais pas en France) comme statine sous la DCI de lovastatine. Ces compléments qui revendiquent le « maintien d’une cholestérolémie à niveau normal » sont à prendre avec certaines précautions. Notamment, ils ne doivent pas être consommés par les personnes sous statines, ou ayant arrêté les statines suite à l’apparition d’effets indésirables. De plus, ils sont à proscrire chez les personnes les plus sensibles (femmes enceintes ou allaitantes, enfants, sujets de plus de 70 ans, insuffisants rénaux, pathologies musculaires, hypothyroïdie non traitée, atteinte hépatique évolutive, ou forte consommation de jus de pamplemousse ou d’alcool). L’ANSES considère également que le statut de ces compléments alimentaires doit être clarifié au niveau européen.


Source : lequotidiendupharmacien.fr