Humeur

La fête de la bulle  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 03/05/2018

Je n'ai toujours pas compris pourquoi, pour célébrer le travail, on arrête de travailler. Logiquement, les actifs devraient, le 1er mai, faire des heures supplémentaires. En chômant un jour par an, ils tendent à démontrer que la paresse est une valeur supérieure, à leurs yeux, à celle du travail. Ils coïncent la bulle, comme disent ceux qui font leur service militaire. En plus, on a fait du 1er mai une grande fête prolétaire, alors que les spéculateurs et les boursicoteurs s'acharnent tout autant que les salariés à gagner un peu plus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte