Humeur

La farce du destin  Abonné

Publié le 10/03/2016

On nous prédit depuis cinq ans l’inondation centennale de Paris parce que la dernière en date a eu lieu en 1910. Cela fait maintenant cinq ans que des Nostradamus météorologistes, frustrés de ce que les Parisiens aient toujours le pied sec, jurent qu’il ne s’agit que d’une question de jours, de mois, de semaines, que l’inondation est inévitable et que, par une conjonction de caprices saisonniers, elle aurait, sur notre capitale connectée et confortable, un effet désastreux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte