La Cour des comptes préconise une généralisation des TFR

Publié le 08/09/2011

Dans son rapport sur l’application des lois de financement de la Sécurité sociale, la Cour des comptes plaide pour une refonte d’ensemble du système d’admission au remboursement et de fixation des prix des médicaments, qu’elle juge « insuffisamment rigoureux, peu transparent et pas assez encadré ». La Cour pointe par ailleurs le retard de la France en matière de diffusion des génériques et note que « la proportion des génériques, de 20 % en volume, reste plus de trois fois inférieure à nos voisins allemands et anglais ». Elle souligne que « leur pénétration s’essouffle et que leur diffusion recule même dans certaines classes thérapeutiques ». Elle attribue ce phénomène aux stratégies de « contre génériques » suivies par certains laboratoires, ainsi qu’à « l’absence de généralisation de tarifs forfaitaires de responsabilité » (TFR). Elle préconise donc « d’appliquer des prix uniques pour les princeps, leurs génériques et les équivalents thérapeutiques que sont les me-too et les contre-génériques* ».

*Selon la terminologie du CEPS, les « contre-génériques » sont des médicaments très voisins des molécules d’origine au plan chimique et des effets cliniques, développés par les laboratoires princeps pour limiter la pénétration des génériques.
Quotipharm.com, le 08/09/2011

Source : lequotidiendupharmacien.fr