Contrôle de l’Ordre

La Cour des comptes épingle l’État  Abonné

Publié le 16/05/2013

DANS un référé rendu public le 14 mai, la Cour des comptes pointe une attitude « trop en retrait de l’État » dans le suivi de l’Ordre des pharmaciens. La Cour estime que les administrations de l’État en charge des relations avec l’Ordre ont fait preuve d’une « inertie certaine dans l’exercice de cette responsabilité ». Elle cite notamment le non-paiement de charges fiscales et, jusqu’au contrôle de la Cour, sociales sur les indemnités perçues par les membres élus des conseils régionaux et nationaux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte