Pour une meilleure gestion des traitements entre ville et hôpital

La conciliation médicamenteuse fait ses preuves  Abonné

Publié le 12/09/2013
Démarche venue d’Outre Atlantique, le concept encore peu médiatisé de conciliation médicamenteuse se répand peu à peu dans notre pays. Ce dernier est d’autant plus important à connaître que les officinaux y ont un rôle éminent à jouer et qu’il va dans le sens d’un décloisonnement des modes d’exercice et d’une amélioration des relations entre professionnels de santé de la ville et de l’hôpital.
La conciliation médicamenteuse permet de diminuer de 30 % le taux de réhospitalisation

La conciliation médicamenteuse permet de diminuer de 30 % le taux de réhospitalisation
Crédit photo : S TOUBON

D’ABORD développé aux États-Unis à partir de l’année 2005, ce concept de gestion thérapeutique a été traduit en France par « conciliation médicamenteuse ». Il correspond à un processus ordonné visant tant à améliorer la qualité de la thérapeutique qu’à diminuer l’iatrogénie médicamenteuse, liées à l’entrée et/ou à la sortie d’un établissement de soins (voire aux transferts d’un service à un autre). Chacune de ces étapes représente en effet autant de points de rupture à haut risque pour le traitement médicamenteux du patient.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte