Le monde aujourd'hui

La cible, c'est le Front  Abonné

Par
Publié le 13/03/2017
Un Français sur trois est prêt à accorder son vote à Marine Le Pen et 80 % des électeurs du FN sont certains de ne pas changer d'avis. Certains sondages commencent à indiquer une légère avance au premier tour d'Emmanuel Macron par rapport à Mme Le Pen, mais, en gros, elle dispose, et depuis de longs mois, d'une supériorité numérique sur tous ses concurrents.
La cible, c'est le Front

La cible, c'est le Front
Crédit photo : AFP

La campagne est-elle pour autant axée sur l'impératif catégorique de la consolidation en France des principes démocratiques qui définissent la république ? On n'est pas incité à le croire tant le débat politique est empoisonné par les « affaires », tant chaque candidat est auto-imprégné de sa mission personnelle, tant l'idiosyncrasie domine les stratégies. La clameur des scandales recouvre et assourdit les échanges d'arguments. Le sort personnel de François Fillon a relativisé le débat et affaibli le diagnostic concernant un pays malade et la thérapie de choc à adopter.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte