Dans les petites Antilles

La Barbade et son côté british  Abonné

Publié le 20/05/2010
La Barbade, capitale Bridgetown, île anglo-saxonne qui a pris son indépendance il y a quarante-quatre ans mais qui reste membre du Commonwealth, accueille, à 70 % environ, des touristes britanniques (l’ancien Premier ministre Tony Blair en était un visiteur régulier). Denrée rare, les Français y reçoivent donc tous les honneurs.
La plantation Sunbury et le drapeau de l'île

La plantation Sunbury et le drapeau de l'île

Sur la côte ouest, l'ancienne maison de l'actrice Claudette Colbert

Sur la côte ouest, l'ancienne maison de l'actrice Claudette Colbert
Crédit photo : dr

ON NE VOUS MENTIRA PAS en disant qu’il faut aimer l’avion pour aller à la Barbade puisqu’aucune compagnie aérienne ne la dessert directement. Une des solutions est de passer soit par New York – une bonne occasion d’y faire une halte – soit par Miami. On peut aussi s’offrir auparavant un petit séjour à Londres, qui propose une liaison directe par l’aéroport de Gatwick (le transfert nécessaire entre l’aéroport d’Heathrow et celui de Gatwick ne permet pas d’attraper les vols matinaux ; seuls les Marseillais sont favorisés avec une correspondance possible à Gatwick).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte