Jean Parrot pour des pharmacies mère et fille  Abonné

Publié le 16/03/2009

La désertification médicale concerne aussi les officinaux. Participant au débat du Medec, Jean Parrot, président du conseil national de l’Ordre des pharmaciens, rappelle en effet que le destin des pharmacies est souvent lié à la présence des médecins aux alentours. Il émet d’ailleurs quelques réserves sur les pôles de santé qui vont, selon lui, concentrer l’offre de soins à certains endroits. Le président de l’Ordre relance son idée de « pharmacie mère » et de « pharmacie fille » qui permettrait de maintenir des officines dans des zones dépeuplées.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte