Paris obtient un sursis de Bruxelles

Indulgence pour la France  Abonné

Publié le 02/03/2015
Bien que le gouvernement de Manuel Valls soit confronté aux divisions du PS (qui se sont creusées avec le coup du 49/3), à des difficultés économiques et financières toujours sérieuses, à des relations internationales marquées par des tensions extrêmes, il vient de recevoir de la commission de Bruxelles un sursis de deux ans pour la réduction du déficit budgétaire à 3 %. Or c’est la troisième fois qu’il bénéficie d’un report. Alors que la Grèce exsangue fait l’objet des foudres de l’Allemagne, on peut se demander pourquoi la France jouit d’un statut particulier.

La France est ce pays tout à fait étrange qui a réussi à placer un ancien ministre de l’Économie, Pierre Moscovici au poste de commissaire européen, sans paraître s’inquiéter de ce que l’homme qui n’avait pas vraiment su réduire nos déficits devînt celui qui allait juger nos performances. On ne se hasardera pas à prétendre que le commissaire à l’Économie ait éprouvé pour son pays de la mansuétude, après que le ministre eut compris combien il est difficile de couper dans les dépenses publiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte