Un entretien avec Yves Kerouédan (Astera)

« Il faut permettre aux répartiteurs de devenir dépositaires »  Abonné

Publié le 19/12/2011
Avant de prendre sa retraite à la fin de l’année, Yves Kerouédan, directeur général d’Astera depuis janvier 1999, revient pour « le Quotidien » sur son bilan à la tête de la coopérative et livre sa vision des futurs enjeux de la répartition.
Yves Kerouédan

Yves Kerouédan
Crédit photo : dr

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quel bilan tirez-vous de votre action à la tête d’Astera ?

YVES KEROUÉDAN.- Au niveau commercial, notre part de marché est passée de 12,5 % à près de 18 % entre 2000 et 2011. Nous avons également augmenté notre taux d’occupation du territoire français, passé de la moitié à deux tiers de la France. Par ailleurs, nous avons créé Eurodep en 2002, qui est devenu le troisième dépositaire pharmaceutique français. Nous avons également amélioré les services rendus aux pharmaciens.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte