Le monde aujourd’hui

Hollande, ou la coalition introuvable  Abonné

Publié le 30/11/2015
Le président de la République ne pouvait pas rester inerte après les attentats du 13 novembre. Il a multiplié les décisions sécuritaires et les efforts pour rassembler les acteurs de la crise du Proche-Orient dans une coalition contre l’État islamique (EI). Il a obtenu beaucoup de témoignages de solidarité, mais aucun engagement précis.

Il est difficile de le lui reprocher. Laurent Fabius ayant pour la première fois envisagé la participation de l’armée syrienne loyaliste à la campagne contre l’EI, la droite, qui n’a cessé de préconiser un rapprochement avec Bachar Al-Assad et avec la Russie, a beau jeu de dire aujourd’hui que François Hollande a fini par adopter l’une de ses idées. Le virage du gouvernement français au sujet de Bachar va-t-il pour autant permettre la création de la coalition ? À Washington, M.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte