Une diplomatie sans grand effet

Hollande, homme du monde  Abonné

Publié le 01/10/2012
Le séjour aux Nations unies du président de la République n’a pas amorcé le renouveau diplomatique de la France. Le chef de l’État s’est concentré sur la Syrie et le Mali, mais dans ces deux dossiers, il n’est pas parvenu à sortir l’ONU de la stagnation. On verra dans les résultats médiocres de la France une conséquence de la prudence de Barack Obama : le président des États-Unis s’est gardé de prendre la moindre initiative. Il a d’abord besoin de gagner les élections du 6 novembre prochain.
Ségolène Royal, mercredi dernier, à l’ONU

Ségolène Royal, mercredi dernier, à l’ONU
Crédit photo : AFP

CE N’EST PAS LE CAS de M. Hollande, qui les a remportées il y a quatre mois et pourrait souhaiter rendre un peu de vif-argent à sa diplomatie, à défaut de remporter un succès contre la crise économique et sociale. Il s’y est employé en se montrant plutôt va-t-en-guerre au sujet du Nord Mali, d’où il souhaite expulser les intégristes les plus abominables de la Terre. On ne peut que l’approuver. La présence d’Al Qaïda Maghreb Islamique (AQMI) au Mali fait peser une menace sur tout le Sahel, qui serait ensuite utilisé comme base terroriste pour commettre des crimes en France.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte