Sommé d’accomplir un geste fort

Hollande forcé d’agir  Abonné

Publié le 29/04/2013
François Hollande ne sera rentré de Chine, à la fin de la semaine dernière, que pour observer les décombres fumants de sa politique et l’état d’ébullition d’une gauche particulièrement divisée. Le ton du Front de gauche, du PC, des Verts est d’une agressivité insupportable qui suffit à montrer que le chef de l’État, s’il veut garder un minimum d’autorité, doit riposter. Mais la critique vient aussi de ses amis, par exemple Claude Bartolone, président de l’Assemblée, qui laisse entendre qu’un remaniement gouvernemental est souhaitable et urgent.
Claude Bartolone réclame un remaniement à mi-voix

Claude Bartolone réclame un remaniement à mi-voix
Crédit photo : AFP

LE DÉBAT IDÉOLOGIQUE sur les mesures à prendre pour relancer l’économie est pourtant épuisé par la conjoncture. L’objectif d’une marche forcée vers l’équilibre budgétaire est repoussé avec l’aval du Fonds monétaire international et de la commission de Bruxelles. Hasard ou nécessité, de toute façon, nous ne prenions pas le chemin de cet équilibre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte