CINEMA

« Histoire de ma mort », d’Albert Serra : peintures de songes  Abonné

Publié le 04/11/2013

ALBERT SERRA a eu les honneurs du Centre Pompidou, qui a proposé une rétrospective de son œuvre et lui a offert une carte blanche. L’artiste catalan, présenté dans sa biographie comme un « dandy néoréaliste », est un cinéaste visuel. Ses précédents films, dont « Honor de Cavalleria », considéré par « les Cahiers du cinéma » comme l’un des dix meilleurs de 2007, comportaient peu de dialogues. Avec « Histoire de ma mort », il y en a plus. Mais s’il évoque la rencontre de Casanova et de Dracula, on est loin, avec ce long métrage (2 h 30), du récit classique et à rebondissements.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte