Des besoins médicaux mal soulagés

HBP : l’intérêt de la première bithérapie fixe  Abonné

Publié le 08/04/2013
Une majorité de patients souffrant d’une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) ne sont pas satisfaits de leur prise en charge thérapeutique. Évaluer la gêne ressentie par le patient et réévaluer périodiquement les patients traités sont les deux priorités des nouvelles recommandations.

PRÈS DE 100 000 hommes supplémentaires se plaignent chaque année en France de troubles urinaires pouvant être en rapport avec une HBP. « La prostate se développe de façon variée d’un individu à un autre, ce qui explique les situations cliniques très différentes, explique le Pr Pascal Rischmann (hôpital Rangueil, Toulouse). La sévérité des troubles n’est pas toujours en rapport avec la variation du volume prostatique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte