Le monde aujourd'hui

Grèves : trois mois de galère  Abonné

Par
Publié le 03/04/2018
Cette grève perlée à la SNCF, à compter d'aujourd'hui et pour trois mois, avril, mai et juin, sèmera le chaos dans l'économie française si elle est poursuivie jusqu'au terme prévu par les syndicats. La victoire sociale qu'ils recherchent n'aura pourtant pas lieu. Ils savent que le gouvernement, engagé dans une réforme emblématique, ne reculera pas. Les cheminots en souffriront autant que la population.
Trois jours de galère

Trois jours de galère
Crédit photo : AFP

Rien n'y a fait : ni la recrudescence de terrorisme censée rassembler le pays ; ni le coût, pour les grévistes, des journées non-travaillées, ce qui ne les empêche pas, d'ailleurs, d'en réclamer le salaire, revendication qui s'ajoute aux autres ; ni le coup porté par ce conflit social d'ampleur exceptionnelle bien dans la tradition française. Le calendrier abscons, d'une complexité trigonométrique, de ces arrêts de travail, fait déjà figure de repoussoir. Aller travailler, mais quel jour et à quelle heure ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte