Sommet ultime aujourd’hui

Grèce : faillite de la gauche  Abonné

Publié le 22/06/2015
Un sommet des 28 à Bruxelles doit mettre un terme à la crise grecque, soit en concluant avec le gouvernement d’Alexis Tsipras un accord qui évite la faillite de la Grèce soit en acceptant le « Grexit », c’est-à-dire la sortie de ce pays de la zone euro. C’est une alternative entre le laxisme et le courage.

Dans tous les cas, l’extrême gauche grecque a fait la démonstration de son impuissance. Souvenez-vous : quand la France recontrait de vives difficultés financières et refusait de comprimer la dépense publique, Jean-Luc Mélenchon disait que, s’il était au pouvoir, il irait voir la chancelière Angela Merkel à Berlin et lui imposerait le point de vue français au nom de la grande et puissante nation que nous sommes. M. Mélenchon a toujours dit que la dette, française ou non, n’est jamais le problème et que les programmes d’austérité sont des crimes commis contre le peuple.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte