L’opinion exprime son mécontentement

Grands partis hors d’haleine  Abonné

Publié le 18/07/2009
Il sera temps, au soir des élections européennes, dimanche prochain, d’établir le bilan de la classe politique deux ans après l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy. Mais, si l’on en croit les sondages, la désaffection à l’égard de la politique ne cesse de s’aggraver puisqu’on craint un taux d’abstention qui pourrait atteindre 60 % et que les deux grands partis, le PS et l’UMP, ne sont pas en excellente santé.

Crédit photo : AFP

L’UMP, pour le moment, se contente de constater que sa popularité est la plus grande, même si elle a perdu deux points dans les sondages et retombe à 26 %, soit un quart de l’électorat, ce qui ne constitue pas, à proprement parler, une adhésion suffisante des Français pour qu’elle puisse poursuivre ses réformes tambour battant ; le PS, qui serait à 19 %, perd des électeurs ; le MoDem, en revanche, en gagne, à 14 % ; l’extrême gauche paie ses divisions, mais l’ensemble du vote d’extrême gauche représente une forte minorité de 12 à 13 % ; les écologistes dépassent la barre des 10 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte