Un projet adopté par le gouvernement

Grand Paris : la question du gigantisme  Abonné

Publié le 12/10/2009
Le projet de loi sur le Grand Paris a été adopté la semaine dernière en conseil des ministres. Son coût est évalué à 20,5 milliards d’euros et il est surtout destiné à améliorer les transports en région parisienne. Il a donné lieu à de vifs échanges entre le gouvernement et les collectivités locales, mais c’est Christian Blanc, secrétaire d’État chargé du Développement de la région capitale, qui a eu le dernier mot.
Christian Blanc est le maître d'œuvre du projet

Christian Blanc est le maître d'œuvre du projet
Crédit photo : S. TOUBON

L’AXE DU PROJET, c’est un nouvel itinéraire pour une sorte de supermétro qui suivrait un trajet en huit dans la capitale et les communes voisines. Toute la classe politique s’est emparée du projet, qui a déclenché diverses polémiques entre la droite et la gauche, entre le pouvoir et les collectivités locales et au sein même de la majorité. Il semble qu’à peu près tout le monde ait son idée sur ce que Paris doit devenir un jour, mais la tendance dominante, c’est de faire de Paris une mégalopole rivalisant avec celles des plus grands pays.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte