La France s’engage en Irak

Général Hollande  Abonné

Publié le 15/09/2014
Vendredi, tôt le matin, François Hollande était à Bagdad, où il a affirmé avec vigueur l’engagement de la France aux côtés du nouveau gouvernement irakien, dirigé par Haïdar al-Abadi et composé de diverses tendances religieuses et ethniques. Cette visite, forcément périlleuse, représente un acte politique majeur qui, d’ailleurs, a été aussitôt critiqué par Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) et par Dominique de Villepin, l’homme qui a empêché la France de participer à la coalition formée par les États-Unis contre Saddam Hussein en 2003.
François Hollande à Bagdad avec le président irakien, Fouad Massoum

François Hollande à Bagdad avec le président irakien, Fouad Massoum
Crédit photo : AFP

Dominique de Villepin, qui, contre toute attente, soutient la candidature de Nicolas Sarkozy, continue d’exploiter son fonds de commerce, l’anti-américanisme, qui lui valut son moment de gloire il y onze ans aux Nations unies. Mais la crise irakienne d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celle de 2003. L’État islamique (EI) a lui-même désigné ses ennemis, et la France en fait partie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte