Quatre auteurs et leurs nouvelles

Fragments de vies  Abonné

Publié le 29/11/2012
Des récits courts, centrés sur un seul événement, des personnages peu nombreux et un dénouement souvent inattendu : les ingrédients de la nouvelle sont aussi simples que subtils

ÉCRIVAIN à casquettes multiples – romancier, dramaturge, essayiste –, Éric-Emmanuel Schmitt se distingue aussi comme nouvelliste. Après « Odette Toulemonde » et

« la Rêveuse d’Ostende », « Concerto à la mémoire d’un ange » lui a valu en 2010 le prix Goncourt de la nouvelle. Dans cette lignée paraissent « les Deux Messieurs de Bruxelles » (1), un recueil de cinq textes, dont le premier, le plus long, donne son titre au livre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte