IDEES - Contre l’obsession de la diversité

Finkielkraut ou la passion de l’universel  Abonné

Publié le 25/11/2013
D’essai en essai, Alain Finkielkraut peut sembler se répéter, mais il fait habilement varier son éclairage. N’est-il pas aussi chaque fois plus triste, comme dans cette « Identité » malheureuse, où il revient sur ce pacte républicain sans lequel notre société s’émiette dans la diversité ?

LE PHILOSOPHE revient donc dans ce dernier opus sur la querelle de la laïcité et les épisodes liés à l’introduction ou non de signes religieux à l’école. La déclaration d’un jeune Musulman sert de détonateur à ce qu’il se tue à nous dire depuis longtemps : « Nous ne revendiquons aucun privilège, nous voulons que l’école soit à l’image de la société telle quelle. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte