Conditions commerciales

Federgy exige la fin de la rétrocession  Abonné

Publié le 09/04/2018

La Chambre syndicale des groupements de pharmaciens (Federgy) demande à la ministre de la Santé de mettre fin à la pratique de la rétrocession et exige que les officinaux puissent communiquer plus librement. Pour Federgy, le code de la Santé publique doit être strictement appliqué : seules les centrales d’achat pharmaceutique (CAP) et les structures de regroupement à l’achat (SRA) peuvent négocier avec les laboratoires pharmaceutiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte