HUMEUR

Faute indélébile  Abonné

Publié le 14/01/2010

En glissant sur le trottoir, en dérapant sur la route, en me gelant sur les quais de gare, en me couvrant de chauds vêtements mais aussi de ridicule, en portant bonnet, bottes et gants fourrés, écharpe et manteau de laine, je nourrissais quand même un secret espoir, celui d’être enfin exonéré, même provisoirement, d’une faute indélébile : ma contribution personnelle au réchauffement climatique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte