Les méthodes du hard discount transposées à l’officine

Faut-il avoir peur des pharmacies low cost ?  Abonné

Publié le 23/02/2009
Si le phénomène est encore peu répandu, certaines pharmacies font cependant du prix cassé leur axe principal de développement. Des « hard discounters » de l’officine que les confrères regardent d’un œil noir lorsqu’ils s’implantent dans leur environnement proche. Face à ces structures pas toujours solides, se dresse le rempart des enseignes qui assemble ses forces en vue de l’affrontement. Si la guerre des prix a déjà commencé, l’enjeu, lui, n’est pas défini : une pharmacie de prix ou une pharmacie de soins ? L’avenir le dira.

C’EST LA CRISE ! À force d’être utilisé, le terme en perdrait presque son sens… Si la réalité n’était là pour nous le rappeler : pouvoir d’achat en berne, difficultés pour se loger, se vêtir, se nourrir. Pour beaucoup, les achats du quotidien sont devenus chers, pour certains, ils sont inabordables… À moins de se fournir auprès des hard discounters, ces réseaux de distribution qui vendent leur marchandise à très bas prix, voire à prix coûtant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte