Un sommet contraint au succès

Europe : l’accord quand même  Abonné

Publié le 02/07/2012
Le Conseil européen, réuni à Bruxelles en fin de semaine dernière a conclu un accord à l’arraché à l’aube de vendredi : il a décidé de recapitaliser les banques directement via le Fonds de soutien européen (FESF) ou le Mécanisme de solidarité (MES), ce qui devrait lever la menace qui pèse sur l’Espagne et l’Italie ; il prévoit à long terme une union bancaire qui contrôlera les banques européennes ; il lance un projet de 120 milliards (1 %) du produit intérieur brut (PIB) européen pour des travaux de restructuration.
Les dirigeants européens étaient condamnés à s’entendre

Les dirigeants européens étaient condamnés à s’entendre
Crédit photo : AFP

L’ACCUEIL des marchés a été enthousiaste, même si la plupart des points épineux sont restés sans solution, notamment la création des eurobonds, dont la chancelière allemande, Angela Merkel, ne veut pas entendre parler. Elle demande au préalable une convergence des politiques fiscales et budgétaires, ce qui revient à dire que, selon elle, les eurobonds (une mutualisation des dettes nationales) n’existeront que lorsque les pays qui empruntent à des taux élevés auront procédé à l’assainissement financier qui fera baisser ces taux de toute façon.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte