Études de pharmacie : Attali veut supprimer le numerus clausus

Publié le 15/10/2010

La commission Attali a remis aujourd’hui au chef de l’État 25 propositions de réformes pour répondre aux problématiques du désendettement et de l’emploi. Cette assemblée composée d’économistes, de chefs d’entreprises et de hauts fonctionnaires a été réactivée en février, deux ans après avoir soumis 316 propositions dans un premier rapport pour la libération de la croissance française. Cette seconde mouture prône plus particulièrement un volet de modernisation en profondeur de la protection sociale. La mise sous conditions des ressources des allocations familiales, un plus grand rôle confié aux complémentaires santé et l’instauration d’une assurance dépendance complémentaire obligatoire figurent parmi les principales propositions de la commission. Elle suggère également le déremboursement de médicaments et la mise en place d’une participation financière des malades en affections de longue durée (ALD). Autre mesure phare et symbolique : l’ancien conseiller de François Mitterrand propose de supprimer le numerus clausus pour les études de médecine et de pharmacie afin d’améliorer « l’efficacité et l’équité du système de santé ».

Quotipharm.com, le 15/10/2010

Source : lequotidiendupharmacien.fr