LA SAGA DES MARQUES

Éther Gifrer, un centenaire cultissime  Abonné

Publié le 08/11/2012
Pendant près d’un siècle, l’éther en France n’a répondu qu’à un seul nom, celui de Gifrer. Solidement ancrée dans la mémoire populaire, la marque culte est à l’image de ceux dont elle porte le patronyme : des hommes aux liens indéfectibles, fraternels pour les frères Gignoux, filiaux pour les Barbezat, Marc et son père Paul-Louis, dont l’unité a permis d’ériger un des plus grands fabricants en POD et antiseptiques de tout l’Hexagone.
Le flacon bleu, devenu mythique, se présente désormais en habit de métal

Le flacon bleu, devenu mythique, se présente désormais en habit de métal
Crédit photo : dr

Crédit photo : dr

ANCESTRAL, c’est un des adjectifs qui, sans aucun doute, pourra le mieux qualifier l’éther diéthylique. La réaction chimique qui permet d’obtenir la molécule est, en effet, connue depuis la fin du Moyen-Âge. Elle résulte de la mise en contact de deux substances, de l’alcool, sous forme de vapeur, et de l’acide sulfurique, qui, par effet de condensation, produisent de l’éther. Mais le procédé n’est réalisable que par le truchement d’un appareil spécifique nommé étherificateur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte