Espresso  Abonné

Publié le 17/10/2011

Le café noir du service en terrasse

aux tables et aux chaises aussi gracieuses que des insectes.

Ces gouttes précieuses et captées

ont le même pouvoir qu’un Oui ou un Non.

On les sort du fond de bistrots obscurs

et elles fixent le soleil sans ciller.

Dans la lumière du jour, un point d’une noirceur bienfaitrice

qui se répand très vite dans un hôte blafard.

Il rappelle ces gouttes de noire clairvoyance

que l’esprit happe parfois et

qui nous donnent une bourrade salutaire : vas-y !

Une exhortation à ouvrir les yeux.

« Ciel à moitié achevé », 1962.

Source : Le Quotidien du Pharmacien: 2867