Humeur

Espionnite  Abonné

Publié le 13/03/2014

Si les conversations téléphoniques de Nicolas Sarkozy avec son avocat sont écoutées par la police, si l’ancien président est soupçonné de corruption active d’un magistrat de haut rang, si la presse, qui finit par tout savoir et tout raconter, fait de tout cela des gorges chaudes, si la corporation des avocats s’insurge, si le pouvoir est interpellé sur les méthodes des procureurs, accusés, à tort ou à raison, de harceler l’ancien président et de fouiller dans son passé et dans son présent de façon si exhaustive qu’ils finiront bien par y trouver quelque chose, si le peuple d’Internet qui d

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte