COMPTABILITÉ

Endettement des officines : les précautions à prendre  Abonné

Publié le 21/05/2015
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Votre dernière étude économique sur les officines montre que près de 80 % des pharmaciens ont un endettement bancaire à long ou moyen terme. Est-ce à dire que les pharmaciens vivent en permanence à crédit ?

PHILIPPE BECKER.- Les chiffres de notre étude illustrent en effet la grande dépendance des pharmaciens au crédit bancaire. En pratique, aujourd’hui, le crédit bancaire est incontournable : la voie de la création étant fermée pour devenir pharmacien titulaire, il faut acheter l’officine et donc emprunter. Il n’y a pas d’autre solution.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte