Du côté des artistes  Abonné

Publié le 30/11/2009

Galeriste et non marchand d’art, comme il avait coutume de le souligner, Leo Castelli a transformé le statut de l’artiste aux États-Unis, assurant à l’art américain, pendant près de quatre décennies, une hégémonie sur la scène internationale. Annie Cohen-Solal – la biographe de Sartre et auteur de « Un jour ils auront des peintres » – raconte, dans « Leo Castelli et les siens » (1), l’incroyable aventure de ce grand bourgeois dilettante qui, après avoir vécu dans de grandes villes d’Europe, a ouvert sa propre galerie aux États-Unis en 1957, à l’âge de 50 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte