Daniel Lenoir,

Directeur général de la Mutualité Française  Abonné

Publié le 18/07/2009
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- De plus en plus, les mutuelles supportent les dépenses de prévention et d'automédication de leurs adhérents. Cette offre est-elle devenue prioritaire parmi les différentes missions des mutuelles ?

DANIEL LENOIR.- Depuis deux ou trois ans, en effet, elle est de plus en plus systématique. Mais elle n'est pas prioritaire. Nous nous préoccupons davantage de la prescription en DCI ou des dépenses liées aux hospitalisations.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte