« Direct-to-Pharmacist », un modèle illégal en France  Abonné

Publié le 21/09/2009

Le Direct-to-Pharmacist, modèle lancé en 2007 au Royaume-Uni par Pfizer avec Alliance Boots, consiste pour un laboratoire à signer un accord de distribution exclusif avec un grossiste répartiteur, seul autorisé à recevoir, stocker et livrer ses produits aux pharmaciens et aux établissements hospitaliers. La pratique a soulevé de nombreuses polémiques et s’est répandue outre-Manche (Novartis, AstraZeneca notamment). Ce modèle a-t-il une chance d’arriver en France ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte