Attentat du 11 décembre à Strasbourg

Deux des victimes ont été tuées au pied d’une pharmacie  Abonné

Par
Publié le 14/01/2019
Le 11 décembre dernier, un terroriste islamiste assassinait 5 personnes dans les rues du centre historique de Strasbourg, dont deux au pied de la Pharmacie de la Rose, officine de la rue des Orfèvres, une artère célèbre pour ses foies gras, ses traiteurs et ses pâtisseries. Un mois après la tragédie, la titulaire, comme tous les commerçants du quartier dit « le Carré d’Or », aspire à retrouver enfin une certaine sérénité.
Strasbourg

Strasbourg
Crédit photo :  DDB

« J’étais déjà rentrée chez moi lorsque j’ai appris l’attentat », se souvient Régine Klein, titulaire de l’officine joliment située au rez-de-chaussée d’une vieille maison à colombages et encorbellement : « J’ai passé ensuite la nuit à l’hôpital pour réconforter les familles des victimes, notamment celle de la jeune fromagère blessée d’une balle dans le bras. » Si tous les magasins étaient heureusement déjà fermés au moment de l’attaque, le secteur restait joyeusement animé : cinq passants ont été blessés à moins de vingt mètres de l’officine, en pl

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte