Risques de déstabilisation des pharmacies rurales

Désert médical, officine en péril  Abonné

Publié le 25/02/2010
Tout comme l’agriculture, qui tient Salon à Paris du 27 février au 11 mars, la pharmacie rurale est en crise. Prescripteurs à la retraite sans reprise d’activité, médecin en vacances sans remplaçant. Dans certaines zones rurales, la clientèle des officines diminue, le chiffre d’affaires est en baisse, et de nombreux pharmaciens ne trouvent pas de repreneur dans ces déserts médicaux. Ils restent pourtant les seuls à offrir un service de santé de proximité. Jusqu’à quand ?
Face à la désertification médicale, les pharmacies rurales ont un rôle de premier recours

Face à la désertification médicale, les pharmacies rurales ont un rôle de premier recours
Crédit photo : dr

À CHIRAC, en Lozère, le manque de médecins se fait durement sentir et l’impact sur la survie des pharmacies locales est en jeu. « Le seul médecin du village est parti à la retraite. Pour l’instant la clientèle reste, mais le chiffre d’affaires stagne et nous n’avons pas d’autres solutions que de restreindre les frais, explique Raymond Magne, installé depuis 1977. Mon seul atout, c’est la proximité de l’autoroute, qui entraîne une augmentation de la population. » « La rentabilité des affaires est un problème majeur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte