La pharmacie rurale planche sur la désertification médicale

Des solutions pour les officines sans médecin  Abonné

Publié le 02/05/2011
Pas épargnées par les difficultés économiques, les officines rurales sont également confrontées à la disparition des prescripteurs. La tendance devrait encore s’aggraver dans les prochaines années et près d’une sur cinq pourrait ainsi se retrouver orphelines de son médecin. Pour contrer ce phénomène, qui semble inéluctable, l’Association de pharmacie rurale (APR) propose de contraindre les patients à se faire dispenser leurs médicaments dans l’officine de leur commune.
L’Association de pharmacie rurale lance une grande enquête sur la désertification médicale et ses...

L’Association de pharmacie rurale lance une grande enquête sur la désertification médicale et ses...
Crédit photo : S. toubon

LA RARÉFACTION des médecins dans les campagnes n’est pas neutre pour le réseau officinal. Inquiète de cette évolution, l’Association de pharmacie rurale (APR) vient de demander à la société Celtipharm de mener une étude sur la désertification médicale et ses conséquences, dont les résultats seront présentés lors de son assemblée générale en mai prochain (voir encadré). « Depuis 2005, nous alertons les pouvoirs publics sur les risques de la disparition des médecins pour les officines de proximité », rappelle son président, Benoît Thiébaut. Le phénomène pourrait prendre de l’ampleur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte