Des signaux d’expression de la souffrance  Abonné

Publié le 21/12/2009

Certains végétaux développent des signes chimiques leur permettant de communiquer. Un exemple, au Botswana, avec l’Acacia nilotica, dont se nourrissent les Koudous, une espèce d’antilopes. « Tant qu’elles broutent dans la savane, il n’y a pas de problème. Mais on a remarqué que si un enclos est dressé, les animaux meurent les uns après les autres », rapporte le Pr Pierre Delaveau. Est-ce une maladie infectieuse ? Une parasitose ? En fait, avec la clôture, ce sont toujours les mêmes arbres qui sont broutés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte