Des règles de substitution mal connues  Abonné

Publié le 12/01/2015

« Les pharmaciens sont globalement mal informés des risques liés à la substitution illégale et notamment dans le cas des topiques où il peut leur arriver de délivrer un gel à la place d’une pommade ou l’inverse », remarque Jean-Michel Peny.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte