Des pharmaciens témoignent  Abonné

Publié le 12/02/2009
• Henri Petit, président du syndicat des pharmaciens de Guadeloupe

La situation est catastrophique pour toutes les entreprises. Ma pharmacie est installée dans un centre commercial, mon officine est donc fermée depuis trois semaines. Après une réunion avec mon équipe, nous avons décidé de déposer un dossier de chômage partiel car nous avons épuisé toutes nos ressources. Trois autres officines, également installées dans la galerie commerciale d’une grande surface, sont dans la même situation, d’autres ont dû baisser leur rideau sous la pression des manifestants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte