Contrôles de l’assurance-maladie

Des officinaux sous pression  Abonné

Publié le 21/01/2010

LA CHAMBRE syndicale des pharmaciens de l’Hérault (CSPH) signale une recrudescence des contrôles de la Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) sur l’activité des pharmaciens de l’Hérault. Sanctionnés pour des délivrances trop rapprochées et « des dispensations de médicaments prescrits hors des indications de l’AMM par les médecins », les officinaux sont dans l’incompréhension et parlent de harcèlement. « Ces facturations n’ayant entraîné aucun surcoût pour l’assurance-maladie, les pharmaciens n’acceptent pas de payer en lieu et place de la CPAM.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte