HUMEUR

Des JO irradiés  Abonné

Publié le 12/09/2013

On peut se demander si, au lieu d’organiser les Jeux olympiques en 2020, les Japonais n’ont pas d’autres chats à fouetter, par exemple, en finir avec les retombées radioactives de l’accident nucléaire de Fukushima. Tokyo a été choisie, de préférence à Istanbul ou à Madrid (à cause de la crise espagnole). Les arguments en faveur de la capitale japonaise sont multiples : elle dispose notamment des infrastructures construites pour les JO de 1964, et, surtout, Fukushima ne sera plus, dans sept ans, qu’un mauvais souvenir. Vraiment ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte