Des études diverses et concordantes  Abonné

Publié le 15/03/2018

En l’absence d’une méta-analyse qui permettrait de statuer définitivement, plusieurs études confirment que le changement d’heure a des effets qui ne sont « pas anodins » et induit des « effets néfastes chez les personnes de chronotype tardif », note le Pr André Klarsfeld, professeur de physiologie (laboratoire plasticité du cerveau, ESPCI/CNRS).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte