Un entretien avec Philippe Becker de Fiducial

« Des effets limités sur l’entreprise officinale »  Abonné

Publié le 12/11/2012
Interrogé par « le Quotidien » sur l’impact que pourrait avoir la mise en œuvre du pacte de compétitivité présenté par Jean-Marc Ayrault, l’expert-comptable Philippe Becker relativise la portée des mesures envisagées. Hormis le crédit d’impôt promis aux PME et, dans une moindre mesure, les modifications de TVA, les dispositions favorables aux petites entreprises ne devraient guère, selon lui, concerner la profession.
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quel impact sur l’officine auront, selon vous, les modifications de taux de TVA prévues dans le pacte de compétitivité ?

PHILIPPE BECKER.- Les produits dont la TVA est aujourd’hui à 5,5 sont finalement assez rares à l’officine. Il s’agit pour l’essentiel des compléments alimentaires. La baisse d’un demi point sur cette classe de produits devrait assez peu impacté l’officine. De même, le passage de 19,6 % à 20 %, qui concerne surtout la parapharmacie, appelle peu de commentaires, car la portée de cette augmentation sera très limitée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte