Le génome du parasite décrypté

Des chercheurs veulent la peau du pou  Abonné

Publié le 23/07/2010
La fin des poux ?

La fin des poux ?

SANS les humains, le pou ne serait rien. Il disparaîtrait même de la surface de la Terre s’il en était séparé trop longtemps, expliquent des chercheurs qui viennent de séquencer le génome de l’insecte. Premier enseignement de ce séquençage : le pou possède un nombre réduit de gènes de détection ou de réaction à l’environnement. Ce qui n’a rien d’étonnant lorsqu’on observe son mode de vie « très simple ». Qu’il s’agisse de pediculus humanus capitis ou de pediculus humanus corporis, la bestiole se contente, en effet, de pomper le sang de l’hôte sur lequel elle squatte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte